L'âme d'une Maison

Des Lieux

L'âme d'une histoire

Qu’elle se fonde sur des faits, des récits, des personnages ou des images, l’histoire d’un lieu façonne tout autant la mémoire collective que l’imaginaire personnel. L’émotion se régénère au-delà de la pierre qui est, ou a pu être. C’est sur le respect de cette mémoire et le sens de ces émotions que s’est construite l’histoire de Taittinger.

Siège du Champagne Taittinger

Saint-Nicaise

Mélodie en sous-sol

C’est pour vénérer les reliques de Saint-Nicaise que des moines bénédictins firent construire, au XIIIème siècle, une église abbatiale sur les lieux de sa sépulture.

Elle fut vendue comme bien national à la Révolution et servit de carrière de pierres jusqu'à sa démolition complète au XIXème siècle. Ses caveaux et ses sous-sols, anciennes crayères de l’époque gallo-romaine, sont restés intacts. Ils abritent aujourd’hui une partie de la production du Champagne Taittinger, dont la mythique cuvée des Comtes de Champagne. Les Crayères Taittinger font partie des Coteaux, Maisons et Caves de Champagne inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO

Caves Taittinger
Plan de l’ancienne Abbaye St Nicaise
Crayère Gallo-Romaine

Château de la Marquetterie

Le Berceau

C’est en plein siècle des Lumières, au cœur d’un domaine viticole renommé, que démarre la construction de La Marquetterie.

Au fil des années et de ses propriétaires successifs, la gentilhommière de Pierry va accueillir de nombreux personnages illustres. Jeune officier de cavalerie, Pierre-Charles Taittinger en tombe amoureux lorsqu’il y rejoint en 1915 l’état-major du général de Castelnau. Il rachète le château en 1932, et en fait, 200 ans après sa construction, le berceau de la jeune maison de Champagne.

Vidéo
Déjeuner dans les jardins de la Marquetterie
« En 1772, propriétaire de La Marquetterie,
Jacques Cazotte y écrit
« Le diable amoureux »,
un des premiers ouvrages
de la littérature fantastique française… »
Vue aérienne du Château de la Marquetterie en 1945
Dîner au château de la Marquetterie

la demeure des comtes de Champagne

Un joyau du patrimoine rémois

Au moyen-âge, pendant plus de 3 siècles, sous l’impulsion de la dynastie des Comtes de Champagne, le rayonnement de notre région, alors immense territoire, va connaître une apogée sans précédent, dans tous les domaines : politique, économique, artistique et spirituel.

Dans une de leurs demeures, située aujourd’hui dans le cœur historique de Reims, les Comtes de Champagne venaient en résidence lors des cérémonies de sacre ; ils aimaient y recevoir artistes, seigneurs et commerçants de toute l’Europe. Cet écrin exceptionnel du XIIIème siècle, appelé Demeure des Comtes de Champagne, fait partie du patrimoine du Champagne Taittinger. Fidèle à sa vocation, elle accueille toujours de nombreuses réceptions, expositions et concerts en faisant ainsi un haut lieu de la vie culturelle et festive de Reims. Elle constitue la maison mère de la cuvée Comtes de Champagne et sa représentation est reproduite sur chaque flacon de ce grand vin.

La Demeure des Comtes servit un temps d’hôtel des Monnaies aux Archevêques, maîtres de la cité de Reims.
Au XVIIIe siècle, elle fut transformée en auberge, sous l’enseigne du « Palais Royal ».
Chacun peut ressentir le troublant
effet de la mémoire du lieu.

le Vignoble Taittinger

Un des plus grands domaines de la Champagne
certifié Haute valeur Environnementale

De génération en génération, le vignoble Taittinger s’est considérablement agrandi et atteint aujourd’hui 288 hectares, constituant le troisième plus grand domaine de Champagne.

En outre, la Maison possède le plus grand vignoble intramuros de la ville de Reims situé au Val de Murigny au côté de la première voie romaine reliant Reims à Epernay. Planté à 37 % en Chardonnay, 48 % en Pinot Noir et 15 % en Meunier, harmonieusement réparti sur 37 crus différents parmi les meilleurs de l’appellation Champagne, le vignoble reflète à merveille le style Taittinger. Il assure une petite moitié de son approvisionnement et constitue un atout incomparable pour le contrôle qualitatif des assemblages, dans le cadre d’une démarche de viticulture raisonnée, certifiée Haute Valeur Environnementale.

Vincent Collard et Christelle Rinville en charge du vignoble Taittinger
Vidéo
Un air de vendanges
« Beau temps vers la Saint-Jean, blés et vins abondants »
Dicton populaire

DIX-SEPT SIÈCLES
EN HÉRITAGE

Saint-Nicaise, évêque de Reims, et aujourd’hui saint patron de la ville des sacres, fut massacré par les barbares au Vème siècle. Pour vénérer ses reliques, objets de pèlerinage, des moines bénédictins font construire, dès 1229, une nouvelle église abbatiale sur les lieux de sa sépulture.

Longtemps considérée comme l’une des plus belles réalisations gothiques de France et ayant longtemps appartenue à la famille des Comtes de Champagne (le tsar Pierre le Grand vint spécialement la visiter en 1717), elle fut vendue comme bien national à la Révolution et servit de carrière de pierres jusqu'à sa démolition complète au XIXème siècle. Il n’en subsiste aujourd’hui que les sous-sols, formant un réseau de galeries, de cryptes et de caveaux gothiques, édifiés au sein d’anciennes crayères exploitées à l’époque gallo-romaine. Celles-ci servirent parfois de refuge aux premiers chrétiens et, plus tard, d’abri pour les vins de Champagne produits par les moines.

Pendant la Grande Guerre, elles accueillirent soldats et réfugiés qui marquèrent leur passage dans les parois de craie, en y laissant dessins, graffitis mystérieux ou simples initiales ; des traces de l’histoire encore visibles aujourd’hui. Quelques naissances y furent même enregistrées. Le site de Saint-Nicaise fut reconstruit en 1920 par le Champagne Champion puis Binet, que la famille Taittinger racheta ensuite. C’est donc guidés par des hôtes de la maison Taittinger que, chaque année, plus de 70 000 visiteurs découvrent les crayères de Saint-Nicaise. Aujourd’hui, ce site magnifique fait partie des attributs récemment ajoutés sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO dans le cadre de l’inscription Coteaux, Maisons et Caves de Champagne. C’est dans ces lieux, à 18 mètres sous terre, que sommeille patiemment, pendant 10 ans, l’exceptionnelle cuvée des Comtes de Champagne, avant d’entrer dans la lumière…

L'ESPRIT ET LE COEUR
EN FÊTES

C’est en 1734 qu’une riche famille de drapiers champenois fait construire, par le neveu de l’architecte Gabriel, une gentilhommière à l’ouest de Pierry.

Acquisition est également faite auprès des moines Bénédictins d’un domaine viticole attenant, planté, à flanc de côteaux, de Pinot noir et de Chardonnay. Jacques Cazotte, auteur du "Diable Amoureux" et maître de la littérature fantastique et ésotérique au XVIIIe siècle, en devient le propriétaire de 1760 jusqu’à la Révolution. A l’occasion des vendanges ou de luxueuses fêtes champêtres, il y réunissait quelques-uns des plus célèbres écrivains de l’époque, dont Voltaire et le poète Chénier.

Lors de la Grande Guerre, le domaine se trouvait proche des combats. En septembre 1915, le Général Édouard de Castelnau, rejoint par le Général Joseph Joffre, futur Maréchal de France, y installa son quartier général depuis lequel il dirigea une offensive victorieuse. Affecté au sein de cet état-major pour une mission de liaison, le jeune officier de cavalerie Pierre Charles Taittinger a le coup de foudre pour le château. Il le rachètera en 1932 avec son beau-frère, Paul Evêque. Cette propriété allait devenir le centre vinicole de sa maison de champagne. En 1934, s’effectue l’achat de la Maison Forest Fourneaux, la troisième plus ancienne marque de Champagne, créée comme la Marquetterie, exquise coïncidence, en 1734. L’aventure Taittinger en Champagne démarre.

LA MÉMOIRE D'UNE
DYNASTIE FLAMBOYANTE

La Demeure des Comtes de Champagne est l’un des rares vestiges de l’architecture médiévale de Reims et le témoignage vivant de la dynastie flamboyante qui régna sur la Champagne entre 956 et 1284.

Une dynastie qui favorisa l’essor économique du Comté, avec les Foires de Champagne, véritable carrefour commercial européen, mais aussi le rayonnement politique de la Champagne, avec le soutien des ordres religieux, chevaleresques et des premières croisades. Les Comtes de Champagne surent aussi encourager l’expression artistique. L’un d’entre eux, Thibaud IV, fut même aussi célèbre pour sa poésie et ses partitions musicales que pour ses conquêtes orientales. Lieu exceptionnel d’histoire et d’architecture, la demeure des Comtes de Champagne formait au moyen-âge un ensemble intégré et unique avec la « maison des musiciens », dont les niches en façade abritaient 6 statues de musiciens, considérées parmi les plus belles de l’art laïc de l’Europe médiévale.

Bombardée pendant la Grande Guerre, la Demeure des Comtes faillit pourtant disparaitre. La famille Taittinger la racheta et entreprit sa restauration, sous la direction du Ministère des Beaux-Arts. Un projet est également en cours pour la renaissance de la maison des musiciens. La Demeure des Comtes de Champagne a conservé sa vocation médiévale de lieu de réceptions prestigieuses et festives, en accueillant soirées, expositions et concerts, où chacun peut ressentir le troublant effet de la mémoire du lieu.

288 HECTARES DE FIERTÉ

Au-delà des pierres, clé de voute historique de la Maison Taittinger, le vignoble est évidemment la richesse vivante de son patrimoine. Constitué initialement avec les parcelles de la Maison Forest-Fourneaux, rachetée en 1934 par Pierre Taittinger, le vignoble s’est considérablement renforcé au fil des décennies.

Dans les années 50, sous l’impulsion de François et de Jean Taittinger, la Maison accroît fortement ses surfaces viticoles et acquiert jusqu‘en 1955 plus de 110 hectares de vignes, notamment en Chardonnay, afin d’assurer la pérennité du style des vins Taittinger. Dans les années 60, Claude Taittinger fait planter, en 5 ans, près de 140 hectares de vignes supplémentaires. Le domaine Taittinger couvre aujourd’hui 288 hectares, s’étendant dans la Marne entre la Côte des Blancs, la Vallée de la Marne et la Montagne de Reims, mais aussi dans l’Aube, avec plus de 80 hectares situés à Loches-sur-Ource. Mis bout à bout, ces plants de vignes représenteraient une promenade de 2880 km !

Planté à 37 % en Chardonnay, 48 % en Pinot Noir et 15 % en Meunier, ce vignoble est harmonieusement réparti sur 37 crus différents.

La Maison Taittinger possède ainsi des vignes de Chardonnay au cœur de la Côte des Blancs, notamment sur les 5 terroirs produisant les Grands Crus de ce cépage prestigieux, au sud d’Epernay : Cramant, Avize, Chouilly, Oger et Mesnil-sur Oger. Ce cépage, idéal pour la garde, donne des vins fins et élégants, souvent décrits comme aériens. Il est présent en forte proportion dans toutes les cuvées de la Maison.

Les vignes Taittinger plantées en Pinot Noir se trouvent essentiellement dans la Montagne de Reims (Ambonnay, Mailly-Champagne, Rilly-la-Montagne) et dans la Côte des Bar. Le Pinot Noir apporte de la structure à l’assemblage et lui confère une belle puissance aromatique.

Le Meunier, cépage robuste et craignant moins le gel que les deux autres cépages, est particulièrement adapté à des terroirs argileux ou sableux. C’est ainsi dans la Vallée de la Marne et le Massif de Saint-Thierry, qu’est situé l’essentiel des parcelles de  Meunier Taittinger. Leurs raisins donnent des vins souples et fruités qui se livrent rapidement. Ils apportent de la rondeur à l’assemblage. Le domaine Taittinger couvre une petite moitié de ses besoins en raisins. Pour pourvoir au reste de ses besoins, Taittinger achète des raisins ou des vins soigneusement sélectionnés auprès de vignerons partenaires, dans le cadre d’un engagement et d’une vision à long terme. Ces vignerons partagent les mêmes exigences de qualité et de développement durable que la Maison Taittinger. Ils ont la même fierté d’être des artisans du champagne…

Menu