Le Beau-Dieu

Au cours des sévères bombardements qu'elle a subis pendant la 1ère guerre mondiale, la Cathédrale de Reims a perdu une partie de ses statues. Un grand nombre de fragments de ces «trésors de pierre» ont pu, à l'époque, être recueillis et servir de support à des travaux de restauration. Sur le portail du bras nord de la cathédrale, la statue du Beau Dieu, décapité en 1915, a retrouvé sa tête en 2004. C'est à l'occasion d'un documentaire réalisé par Arte sur les cathédrales gothiques au cours duquel est interviewé Claude Taittinger, que naît l'idée de la reconstruction du visage du Beau Dieu. L'intérêt particulier de cette restauration vient de ce que Dieu le Père a longtemps été interdit de représentation dans les religions monothéistes. Jusqu'au Xème siècle, la présence du «créateur du monde» est évoquée de façon purement symbolique. Faisant fi des règles de l'époque, les sculpteurs de la cathédrale ont osé prêter à Dieu des traits jeunes et harmonieux. C'est au sculpteur Léandro Berra, formé aux Beaux-Arts de Buenos Aires et Paris que la DRAC de Champagne-Ardennes a confié la mission de redonner à la statue toute sa beauté originelle, à partir d'un bloc de pierre de Courville, la même pierre qu'utilisèrent autrefois les bâtisseurs de la cathédrale. Le Beau Dieu a ainsi retrouvé son visage du XIIIème siècle.